Les tireurs sportifs

poème de Golan Haji * illustrations de Thomas Azuélos
traduit de l’arabe (Syrie) par Nathalie Bontemps

Les tireurs sportifs est un long poème écrit par Golan Haji dans les premières années de la révolte syrienne, après 2011. Les vers s’égènent, chapelet d’observations minutieuses du quotidien, de scènes, d’images, d’instants vécus qui nous plongent dans un monde en lutte, un monde en guerre. L’écriture n’est jamais sinistre, jamais obscène, elle donne seulement à voir et à entendre par le truchement d’une magnifique langue poétique. Ici, il n’est pas question de voyeurisme, mais d’un constat réhumanisé par la poésie. Ce long poème peut être lu dès les dernières années de l’enfance et, dès l’adolescence, il permettra de ressentir ce qui nous est souvent inaccessible, sans morale ni injonction. Les illustrations de Thomas Azuélos ont été réalisées indépendamment du poème, mais réalisés en deux temps distincts et des contextes différents, poème et illustrations semblent issus d’une même argile.

_________________

17 x 22 cm | broché | 24 pages | poèmes | mars 2018 | 9 €
isbn : 978-2-919511-33-4

Extrait :
Les passagers des microbus ont acheté leur mort ce matin pour dix livres
l’armoire a enterré les dormeurs,
les éclats de verre ont déchiré les rideaux et ont atteint les cous comme des guillotines
pour laisser une petite flaque de sang muette sur l’asphalte
et un grand tumulte rôdant autour d’elle.

Et puis ils sont venus. Ils ont annulé leurs rendez-vous
ils se sont curé les dents pour jeter aux fourmis les restes de nos cœurs
ils ont crié : « Il n’y a pas d’accusés. Ils sont tous condamnés ! »